Caméras CachéesContribution

Expérience sociale : interdit aux séropositifs

Le thème du SIDA est un sujet éminemment intéressant lorsque nous savons qu’en France, en 2012, 6400 nouveaux cas de contamination était détecté. En Belgique, en 2014, le nombre de nouvelles infections diagnostiquées était de 1039 infections, ce qui correspond à 2,8 nouveaux diagnostics par jour en moyenne. C’est pourquoi nous avons décidé de produire cette caméra cachée, en partenariat avec la Plate-forme Prévention SIDA. Une association sans but lucratif dont l’objectif est de sensibiliser le public sur ce thème.

Mais qu’est-ce que le SIDA ?

Le Syndrome d’immunodéficience acquise, plus connu sous son acronyme sida, est un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction de cellules du système immunitaire par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Le sida est le dernier stade de l’infection à VIH, lorsque l’immunodépression est sévère. Il conduit à la mort des suites de maladies opportunistes. (Source: Wikipédia)

Le pitch ?

Ils se sont connus sur internet et c’est leur première rencontre, dans un restaurant. Il l’attend en buvant un verre ; elle arrive, souriante mais essoufflée. Elle a couru, elle a soif et demande si elle peut boire dans son verre, ce qu’il accepte. Très vite, il lui révèle ensuite sa séropositivité. Elle se fige, s’énerve, lui reproche de l’avoir laissé boire dans son verre alors qu’il est porteur du VIH. Le ton monte, le serveur s’en mêle, invoque le risque de contamination des couverts, refuse de le servir, lui clame de sortir du restaurant…

Comment réagiriez-vous ?

Comment souvent, nous avons eu d’agréables réactions de clients de ce bar. Des personnes qui réagissent en allant voir le manager du bar (le serveur était un acteur) à la cliente qui court se porter témoin de la discrimination auprès de notre complice. Notre conclusion est que les personnes sont bien informées sur le SIDA, son mode de transmission. Une telle discrimination est pour eux totalement insupportable et complètement insensé. Une phrase reviens souvent: renseignez-vous !

3 phrases clés pour décrypter le thème du VIH

En plus tu me laisses boire dans ton verre, tu veux que j’attrape ta putain de maladie ?

Comme l’indique Thierry Martin, directeur de l’association belge Plate-forme Prévention SIDA, le SIDA ne se transmet pas par la salive. Plus précisement, on observe 3 modes de transmission:

  • par voie sexuelle, qui est le principal moyen de contagion ;
  • par voie sanguine : qui concerne particulièrement les utilisateurs de drogues injectables et les professionnels de la santé (jusqu’à la fin des années 1980, les transfusés, en particulier les hémophiles, ont également été à risque, voir affaire du sang contaminé) ;
  • de la mère à l’enfant : qui peut survenir in utero dans les dernières semaines de la grossesse, au moment de l’accouchement et de l’allaitement.

Je ne peux pas vous servir. Je suis obligé de vous demander de partir.

La loi protège contre ce type de discrimination. Vous pouvez signaler les cas de discrimination à l’UNIA, le centre interfédéral pour l’égalité des chances. Celui-ci mènera l’enquête et condamnera éventuellement les coupables si la discrimination est avérée.

Et alors, ce n’est pas une honte d’avoir le SIDA

Non, ce n’est pas une honte. De plus, comme l’indique Thierry Martin, une personne atteinte du virus et qui suit un traitement peut parfaitement vivre une vie normale et ne sera plus contaminante. Même si nous constatons toujours dans les faits de nombreuses situations de discrimination et de rejet:

La première enquête menée en Belgique francophone sur les conditions de vie des personnes séropositives le confirme : même si de façon générale, les résultats sont encourageants, les discriminations à l’égard des personnes séropositives restent néanmoins une réalité. Et ce, dans les différentes sphères de la vie quotidienne : soins de santé, vie affective, vie professionnelle, vie scolaire…

Dans le domaine médical, par exemple, l’enquête révèle que 13,1 % des répondants ont déjà connu des refus de soins du fait de leur séropositivité et que 21,4 % ont ressenti de la gêne de la part du personnel médical pour la même raison.

Par ailleurs, si 76,9 % des répondants ont déclaré ne pas avoir connu de situation de discrimination dans leur vie sociale et professionnelle, la moitié d’entre eux (49,8 %), ont renoncé à quelque chose, de peur d’être discriminés.

Enfin, dans le domaine de la vie affective et sexuelle, 24,5 % des personnes séropositives ont connu une rupture de relation à cause de leur séropositivité. (Extrait du communiqué de presse de la Plate-forme Prévention SIDA)

Article précédent

ÉPISODE #25 : PERDRE SON ENFANT (FILLE VS GARÇON)

Article suivant

Cet article est le plus récent.

L'auteur

Yves

Yves

Co-fondateur, administration & partenariats

Aucun commentaire

Laisser un commentaire